HA 2nde – Cours du 13 novembre : L’œuvre, de la commande à la réception

A propos du statut de l’artiste, nous avons appris qu’au début de l’art, les œuvres étaient essentiellement anonymes et les artistes étaient considérés comme des artisans.

A propos de la création artistique, quand une toile est commandée, c’est le commanditaire qui paie (les matériaux, l’artiste) et qui fixe le programme (les détails qui doivent figurer sur l’œuvre).

A propos du marché de l’art, les commanditaires sont surtout l’Eglise et le Roi et sa cour jusqu’au Moyen Age et des particuliers à partir de la Renaissance. Les commanditaires pouvaient refuser les peintures. Certains artistes pouvaient laisser leurs œuvres en gage (Vermeer) : ils étaient rarement riches.

HA 2nde – Visite du 16 octobre : Chapelle Saint Louis du château de St Germain en Laye

“Cette chapelle fut construite en 1238. Il y a une nef en vaisseau et elle est orientée vers l’est. Il y a également des clés d’ogive. Les voutes sont en arc-brisé. Elle devait abriter la couronne d’épines. Les voûtes peintes sont généralement bleues et rouges. Cette chapelle servira de modèle architectural à la Sainte Chapelle. La Rose mesure 10 mètres de diamètre. C’est un chef-d’oeuvre du gothique. Les reliques ont été remises par Baudoin II à Louis IX.” (Thaïs Gérome)

HA 2nde – Visite du 8 novembre : OEuvres de l’église de Saint Germain en Laye

Dessin de Notre Dame de Bon Retour d’Ulysse de Saint Mars

Statue médiévale du XIVe siècle : Notre Dame de bon retour ; elle est en pierre des carrières du Mesnil-le-Roi et fut retrouvée lors de fouilles pour la construction de l’église en 1775 et y a trouvé sa place en 1868. On y voit représentés la Vierge et l’Enfant.” (Eungénie Rinck)

“La Chaire : elle se situe au milieu à gauche de la nef de l’église de Saint-Germain. Elle est principalement constituée de bois et de peinture dorée. Elle fut conçue pour une chapelle du château de Versailles ; la chaire fut installée dans l’église en 1681 après une intervention du Marécal de Noailles auprès de Louis XIV. On notera que, par suite du retournement du sens de l’église, le lion regarde vers la sortie et non vers le chœur.” (Antoine Artru)

Le monument à Jacques II Stuart : Le matériau utilisé est le marbre (matériau noble). Les techniques utilisées sont la gravure et la sculpture. On retrouve la gravure sur les écritures qui sont recouvertes de feuilles d’or ; il y a donc de la dorure. On peut voir qu’il n’y a aucune peinture sur ce monument. On retrouve une géométrie dans les éléments de structure avec des piliers centraux qui font penser à l’architecture de l’église de Saint-Germain” (Inès Cornetet)

Saint Dominique Guzman (école d’Ingres) : Ce tableau se situe dans l’église de Saint-Germain à gauche du chœur. Ce tableau représente une scène religieuse ; on le reconnaît grâce à Saint Dominique de Guzman qui est à genou et qui offre un rosaire à l’Enfant Jésus. Jésus ainsi que sa mère sont les personnages principaux car ils sont centrés. La lumière est frontale et naturelle ; le tableau est divisé en 3 plans. Au premier plan, on voit Jésus, la Vierge Marie et saint Dominique de Guzman ; au second plan, on peut voir des anges célébrant Jésus en dansant ; au troisième plan, on peut voir des anges former un arc-de-cercle ainsi qu’une forêt. La couleur dominante est le vert.” (Lou-Maxence Schmitt).

HA 2nde – Suite à la visite du 18 octobre : Emissions de radio sur les grottes préhistoriques et sur les femmes dans l’art de la Préhistoire

Un lien vers une émission de La Méthode scientifique de France culture diffusée vendredi 8/11 au sujet de la réplique de la grotte Cosquer…

Et un autre vers une émission de La Concordance des temps sur la place des femmes dans l’art de la Préhistoire.

HA 2nde – Emissions de radio sur les faussaires et sur les mécènes

Une émission de radio de Concordance des temps sur les faux et les faussaires diffusée sur France Culture le 19/10. Il y est aussi question des reliques et de ce qui les a fait recevoir comme authentiques, pour certaines d’entre elles… Et une autre sur le mécénat d’art aujourd’hui.

HA 2nde – Visite du 18 octobre : Notice de visite

“Ancienne résidence des rois de France, le château de Saint-Germain accueille à présent le musée d’archéologie nationale. Le château fut modifié par François 1er, étant basé sur un plan de château défensif au croisement des routes fluviales et terrestres.

Durant notre visite, nous avons découvert de nombreux éléments sur le mode de vie de nos ancêtres.
Un fossile de l’ancêtre du cerf est exposé dans une des salles. Cette espèce a disparu en raison de l’environnement dans lequel il vivait. Ses longues cornes l’empêchaient de traverser des forêts par exemple (Mégacéros, Irlande, – 10 000 ans).
Nous avons aussi vu une reconstitution de squelettes. Ces squelettes appartenaient aux anciens types d’habitants de la terre (Les enfants Grimaldi, trace de fracture, 3-5 ans) ainsi que des crânes humains (Hypogées de la mare, 3e millénaire avant notre ère).
La dame à la capuche est aussi exposée dans le musée. Elle date de – 20 000 av. J.-C. (paléolithique) ; faite en ivoire de mammouth, elle mesure 3,65 cm de hauteur.
Nous avons aussi vu des silex (bifaces). Les hommes préhistoriques les utilisaient comme des outils pour vivre. C’est un élément de définition des périodes historiques. ” (Anaïs Scherer)

HA 2nde – Visites du 10 octobre et du 6 novembre : L’église de Saint Germain en Laye

Notice rédigée par Thaïs Gérome :

“L’église de Saint Germain en Laye est une église paroissiale. Son style est néo-classique. Sa façade représente un fronton triangulaire supporté par six colonnes toscanes, dont quatre alignées et deux en retour. Sur le fronton triangulaire on aperçoit une scène qui symbolise le Jugement dernier”

HA 2nde – Cours du 16 octobre : Les styles

Vierge à l’enfant romane de l’église d’Orcival (Puy-de-Dôme)
Frères de Limbourg, Les très riches Heures du duc de Berry, Saint Jean l’Evangéliste (XVe siècle, gothique international)

“La danse des Sauvages” des Indes galantes de Rameau (XVIIe s., baroque) revisité par Clément Cogitore et des danseurs contemporains (krump)