Vice-versa et les romans du Moyen Âge

Le studio Pixar a sorti en 2015 un nouvel opus, Vice-versa, dans lequel on a accès aux émotions d’une petite fille, Riley. Ces émotions vivent dans le quartier cérébral de la petite fille et lui dictent sa conduite (on notera à ce sujet l’absence d’un contrôle des émotions par la raison, ce qui aurait fait hurler les philosophes depuis l’Antiquité!).

Ces émotions sont au nombre de 5 : joie, tristesse, dégoût, peur, colère. Elles sont présentées par le biais de personnages qui ressemblent physiquement à l’émotion qu’elles représentent. Ainsi Colère est rouge (elle “voit rouge”…), Peur est habillée en petit cadre de bureau (tous les employés de bureau seraient-ils des froussards selon Pixar?), Dégoût “est verte”, Tristesse est bleue comme l’eau qui coule de ses yeux à toute occasion, Joie est rayonnante.

Cette manière de présenter des émotions à travers des personnages, on les appelle “personnification” (car ce sont des personnages) et “allégorie” (car des idées abstraites sont représentées par des choses concrètes). Si l’on combine les deux, on peut parler de “personnages allégoriques”.

Cette manière d’utiliser des personnages allégoriques n’est pas nouvelle : elle est même très utilisée… au Moyen Âge ! On en trouve quelques cas à l’Antiquité, par exemple dans la Consolation de la Philosophie de Boèce : le personnage de la Philosophie vient, comme le titre de l’ouvrage l’indique, consoler l’auteur Boèce qui est emprisonné et qui attend son exécution (dans le livre comme dans la vie). Or cet ouvrage était très lu au Moyen Âge (du XIIIe au XVe siècle en particulier), par exemple par le poète Charles d’Orléans, qui en possédait plusieurs versions.

A partir du XIIe siècle, beaucoup de romans, de traités et de pièces de théâtre utilisent ce procédé du “personnage allégorique”. Ces romans, on les appelle des “romans allégoriques” ; ces pièces de théâtre, on les appelle des “moralités”. Les personnages qu’ils mettent en dialogue sont plus souvent les Vices et les Vertus que les simples émotions ! On assiste ainsi au parcours d’un jeune homme voulant rejoindre la rose qu’il aime (bien avant le Petit Prince!) dans Le Roman de la Rose, oeuvre à succès du Moyen Âge : celui-ci rencontre Vieillesse, Jeunesse, Oiseuse (=paresse), Envie….

On ne pourra pas résumer dans ce post toutes les intrigues de ces romans allégoriques dont le Moyen Âge s’est fait pendant des siècles une spécialité : naviguez sur ce site et vous trouverez leur présentation détaillée ! On citera en vrac Le livre du pèlerinage humain de Guillaume de Diguleville, Le Miroir des âmes simples de Marguerite Porete… Apprenez seulement que quand on s’extasie sur l’originalité d’un film d’animation de 2015, on est seulement en train de reconnaître que ce que faisait le Moyen Âge bien avant nous était super intéressant !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *